xl_08101-peinture-michelangelo-la-creation-d-adamIl y a 500 ans, deux mains, à deux ‘doigts’ de se toucher, sont restés figés sur le plafond d’une chapelle Italienne.

Cette image est mondialement connue.  Elle fait partie de ces symboles qui, comme le sourire de Mona Lisa, sont devenus des emblèmes de l’Art Pictural.

Pourtant, on ne sait pas toujours où la trouver.

On peut la voir sur le dôme de la Chapelle Sixtine (5), du nom de son concepteur le Pape sixte IV, à Rome.

Cette Chapelle est construite sur la colline du Vatican, (une des 7 ‘collines de Rome’) où au 1er Siècle, un  cirque construit par Caligula et Néron présentait des courses de chars et accueillait en son centre les Chrétiens qu’on persécutait, (dont, selon la tradition, l’apôtre Pierre lui-même).

En 1503, le nouveau Pape est le neveu de Sixte IV : Jules II.

Jule II souhaite que Rome soit puissante, très puissante et il est prêt à tout pour ça ! Il est d’ailleurs connu comme étant un pape guerrier, au tempérament bien trempé, toujours prêt à partir se  battre pour défendre son territoire. Ce qui lui valu les surnoms de « Pape-soldat », « Pape de fer », et même, par ses admirateurs de « Jules césar II ».

On disait de lui qu’il avait « troqué les clefs de st Pierre, contre l’épée de St Paul », et qu’il « préféré le bruit des canons à la prière » …

C’est en 1506 que lui vint alors l’idée de construire sur la fameuse colline une église impressionnante, « st Pierre de Rome », pour assoir la magnificence de ses états.

Seulement, ces travaux engendrent des dégâts sur la petite chapelle Sixtine. Il faut réparer et camoufler cela par des peintures.

MICHEL ANGE PORTRAITIl a justement un artiste sous la main, Michel Ange,  qui est en train de lui préparer les plans d’un tombeau gigantesque (7) digne des plus grands empereurs romains. (Ce tombeau colossal doit mesurer 3 étages et comporter 42 sculptures … un modeste tombeau à l’image de ce pape mégalo...)

Ayant convoqué Michel Ange, il lui explique que le projet du tombeau est reporté et que la priorité maintenant va être de peindre le dôme de la chapelle (1000m2).

« Quoi ?! Mais je suis un "sculpteur" moi ! Je ne peut pas m’engager là dedans»  s’offusque Michel Ange. 

Il est vrai que comme sculpteur, on peut dire que Michel Ange caracole parmi les plus grands de l’histoire. Ayant perdu sa mère à 6 ans, son père le place en nourrisse chez des tailleurs de pierres où il montra vite du génie pour ce qui est de donner vie à la roche. Il a d’ailleurs sculpté le célèbre David, un colosse de 4 mètres, salué à l’époque par tout Florence (et même par son contemporain-rival Leonard de Vinci) et qui reste encore aujourd’hui une référence en matière de perfection sculpturale.

« J'ai vu un ange dans le marbre et j'ai seulement ciselé jusqu'à l'en libérer.  » - Michel Ange

Mais Michel Ange, malgré se qu’il dit de lui, est également un peintre accomplis, et sous la pression du farouche Jules II, il acceptera le défi …  « Porca miseria !!! »   Oui, Michel Ange aussi est caractériel …

Jules commence par lui demander de peindre sur la voute (qui pour l’instant est simplement toute bleue avec des étoiles dorées) les 12 apôtres du Christ.

Seulement, Michel Ange trouve ce projet simplet … et … puisque les 42 sculptures du tombeau sont annulées, il souhaite se rattraper avec une fresque géante, qui montrera toute sa maîtrise des proportions du corps humains ! Il convainc alors le pape de peindre autre chose …

« - Les 12 apôtres sur le dôme me semble vraiment être une idée ‘pauvre’ …  regardez les murs de la chapelle, ils sont tous recouverts de superbes peintures représentant des scènes bibliques. C’est d’ailleurs une véritable Bible ouverte. Mais ce qu’il manque, c’est la Genèse ! Le commencement du monde et les premiers récits de la Bible.  Je propose de réaliser 9 scènes tirées de la genèse ! »

Le pape, enchanté par l’idée, accepte et Michel ange se retrouve avec un projet grandiose où il va pouvoir exprimer tout son amour du corps humains aux proportions parfaites, en réalisant pas moins de 343 personnages !  Cela compensera bien largement sa quarantaine de sculptures avortées …

« Seigneur, accordez-moi la grâce de toujours désirer plus que je ne peux accomplir.  » - Michel-Ange

Michel Ange s’équipe.

Il fait installer un échafaudage à 20 mètres du sol et ... il y restera 4 ans.

Au début il s’entoure de 6 jeunes personnes pour l’aider, mais au bout de quelque temps, leurs rigolades, leurs maladresses et surtout le perfectionnisme insatiable de Michel Ange le pousse à les virer ! « Porca Miseria !! » VLAN !  A la porte !

Il ne gardera qu’un maçon et un apprenti. L’apprenti lui confectionnera les couleurs et le maçon, le plâtre…

Le plâtre! Arrêtons nous quelques lignes sur ça. Michel Ange a peint ce qu’on a appelle une ‘fresque’. Le mot « fresque » vient de l’italien ‘Fresco’, qui veut dire ‘frais’... gardons cela à l'esprit et voyons comment procédait l’artiste :

Il commençait par dessiner sur de grands cartons l’esquisse de ce qu’il voulait peindre. Avec une aiguille, il faisait des centaines de petits trous sur le carton, tout le long des lignes de son dessin.

Ensuite, son maçon lui ayant préparé le plâtre, il l’étalait sur toute la surface à peindre dans la journée ; une fois étalé, on appliquait vite le carton sur le plâtre frais, on tamponnait les petits trous avec un petit sac remplis de poudre noire, on retirait le carton, et l’esquisse du dessin apparaissait sur le plâtre…

A partir de là, plus rien ne compte ! Une veritable course contre la montre commence et tout le talent, la concentration et la maitrise de Michel Ange sont mis à l’épreuve : Il doit peindre les premiers traits du dessin tant que le plâtre est frais (‘fresco’) et il sait qu’il n’a pas droit à l’erreur car sinon ….  Il faut tout bonnement casser le plâtre au marteau, voir son travail tomber en miettes au sol, étaler à nouveau du plâtre frais, tamponner le carton, repeindre ect … 

Autant dire que ce travail avait de quoi mettre les nerfs à rude épreuve, surtout pour un fignoleur comme lui !

Au bout de quelques semaines, le ciel bleu étoilé laisse la place à une multitude de personnages qui commencent à peupler la voute.

Michel Ange a pour idée de peindre 9 scènes différentes inspirées, on l'a vu, du livre de la genèse : La création d’Adam, le péché originel ou encore l’ivresse de Noé…  mais c’est par le Déluge que commence l’artiste. (VOIR)

Il peint cette première de ses fresques avec une flopée de personnages, ceux qui se noient, ceux qui s’enfuit sur les collines, vers l’arche, ect … mais lorsqu’il descend de l’échafaudage regarder ce premier travail … « Porca Miseria !! »   Les personnages ont été dessinés trop petit ! Vu d’en bas, à 20m de distance, on aperçoit à peine les expressions et les détails que Michel Ange a voulut mettre en valeur ! 

La leçon sera retenue ! Il va dorénavant dessiner de grandes figures ! Il préparera des cartons qui seront 4 fois, voir 5 fois plus grands que les dimensions naturelles.

Il attaque une nouvelle fresque.

Il dessine, perse les cartons, applique le plâtre, peint, met les couleurs … jusqu'au jour où, passant sa main sur le plafond, il découvre avec horreur que de la moisissure apparait sur ses peintures... Des petits champignons  blanc et verdâtre s’étalent le long des figures !  Tonnerre !!

Michel Ange est écœuré ! Il descend de son échafaudage et jure qu’il n’y "remontera plus jamais" !

Le pape envoie aussi tôt son architecte qui comprend que la moisissure vient du fait que la chaux utilisé est trop liquide. Il y a donc un moyen d’éviter cela à l’avenir. Ouf, On peut continuer !

« Non Non Non ! C’est terminé ! »  S’époumone l’italien

« Si, si, si ! Tu continues !»  S’égosille le Pape Coriace.

Jules II VS Michel AngeMais ce qui va remotiver Michel Ange, c’est que l’architecte, en venant chasser les champignons, découvre avec stupéfaction le merveilleux travail du peintre ! La magie, la grâce, les couleurs, la vie qui se dégagent de ses fresques laissent l’architecte médusé !

Cela redonne du cœur à l’artiste, et il remonte finalement sur les longues échelles qui mènent à son échafaudage.

Cet échafaudage justement, qui le fait bien souffrir. Il a été obligé de le placer très prêt du plafond, à tel point qu’un individu de bonne taille ne pouvait s’y tenir droit. Michel ange qui était aussi un poète, décrit avec humour dans un de ses sonnets (accompagné d’un petit dessin) comment la position qu’il adopte pour travailler le torture :

« À travailler tordu j’ai attrapé un goitre
Et j’ai le ventre, à force, collé au menton.
Ma barbe pointe vers le ciel,

Je sens ma nuque Sur mon dos,

Et j’ai une poitrine de harpie
La peinture qui dégouline sans cesse sur mon visage

en fait un riche pavement.
Mes lombes sont allés se fourrer dans ma panse,
Faisant, par contrepoids, de mon derrière une croupe Chevaline,

Et je déambule à l’aveuglette. »  (1)

Les conditions de travail sont effectivement pénibles. Sans compter les nombreuses visites intempestives du pape qui se plaint toujours de la longue attente ! Depuis là haut, la vue du pape qui va et vient de droite  à gauche en pestant dans sa robe blanche et son bonnet rouge rend Michel Ange dingue !

Les altercations entre ces deux personnages impossibles ne manqueront pas !

Un jour, même, une empoignade Homérique eu lieu : le pape impatient, et  habitué au champ de bataille où on lui obéit au doigt et à l’ œil, cassa sa canne sur le dos de Michel Ange dans un râle animal! CLAC ! Ce dernier, vexé, abandonna encore une fois le chantier ! «  Porca Miseria ! Je ne reviens plus ici !! »

Mais il reviendra … Le pape étant aller le chercher avec de plates excuses et de rondes pièces d’or (500 ducats) !

L’artiste n’est pas insensible à l’argent. Il est généralement grassement payé pour ses divers travaux et il est très, très économe, même si certains dirait plutôt … avare.  Pourquoi un tel qualificatif ?

Michel Ange, malgré l’argent qui ne manque pas (ses livres de compte sont parvenus jusqu'à nous) vit dans son atelier. Un  atelier insalubre, sale, qui se résume au strict nécessaire, et qui est fréquenté par les rats de Rome qui doivent apprécier l’ambiance glauque du soir, où lui et ses quelques aides,  mangent le seul repas de la journée... Une soupe.

De plus, il suit scrupuleusement le conseil que lui donna un jour son père : « ne te lave jamais ! »

Bien.

Revoilà Michel Ange sur son échafaudage, prêt à poursuivre son travail. Il travaille avec encore plus de frénésie, peignant même la nuit à la lueur de bougies installées sur son chapeau !

Il attaque alors  la scène qui reste une des plus populaires de l’art, une des plus parodiée également : La création d’Adam. (VOIR HD)

Il la peindra en 4 jours seulement ! Il fera d’Adam le symbole de la perfection masculine. Des proportions anatomiques parfaites, un corps tout juste sculpté par le doigt de Dieu lui-même.

Pour Michel Ange, la beauté est le but à atteindre ! C’est, dit-il, « la preuve ultime de l’existence de Dieu » !

Michel Ange lui, est laid. En plus, adolescent, un élève jaloux de son talent lui a cassé le nez.

L’artiste portera sa laideur comme une punition divine, et il n’aura de cesse de vouloir atteindre la beauté suprême dans ses représentations artistiques.

On peut dire que cela fut pour lui une source de motivation étonnante, tant ses œuvres respirent la vie et le sublime.

Michel ange disait : « une œuvre est réussit, que lorsqu’on ‘voit’ la vie en elle ! » …

chapelle-sixtine_secondalsaceEt en ce matin de 1512, l’inauguration dans la chapelle, aprés 4 ans de travail, laissera apparaitre sous les yeux médusés du pape et des premiers observateurs, un plafond hautement coloré, peuplé d’une foultitude de personnages étonnants :

Des prophètes : Isaïe, Daniel, Ezekiel … (Jérémie, à qui il donne ses propres traits, et sur qui il retranscrit ses propres tourments) ;  des cybils (prophétesses grecques que Michel Ange représente avec d’impressionnantes musculatures, car pour lui, le sexe ‘fort’, le mâle, possède les dimensions parfaites … (Les prophétesses se retrouvent donc taillées comme des armoires à glace, mais gracieuses malgré tout); Il y a aussi des ancêtres du Christ, des scènes bibliques dramatiques à souhait : David contre Goliath, Moïse et le serpent de cuivre,  le supplice de Hamann le traitre ! (4)

Les observateurs sont comme aspirés par cette voute qui semble ne jamais finir de révéler de nouveaux détails.  (HD)

Des expressions les plus diverses apparaissent sur les visages des personnages qu’on jurerait être animés. Les postures de nombres d’entre eux sont très hardies et représentent une véritable révolution et un grand exploit d’exactitude.

Ses contemporains sont sous le charme ! Michel ange, lui qui se défendait d’être un peintre et se voulait sculpteur, lui que son père avait empêché de dessiner lorsqu’il était petit, est acclamé par Rome qui se met à l’appeler ‘ le Divin’. (3)

Mais personne ne remarquera, qu’au milieu de cette peuplade de personnages éblouissants, Michel Ange a caché une preuve d’un savoir que lui et quelques-uns de ses contemporains (Leonard de Vinci par exemple…) possédaient malgré l’interdiction formelle de l’église…

Michel Ange, passionné par le corps humain, par ses fonctions étonnantes, par cette merveilleuse machine créé par Dieu, ne pouvait s’empêcher de s’adonner …  à des dissections de cadavres.

Rien de dépravé la dedans, loin de là. Il fit partie de ces pionniers qui firent avancer la science et la médecine.

Seulement, à son époque, impossible de partager ces découvertes ouvertement ! D’autant plus qu’étant profondément religieux, il ne pouvait se retenir de tirer des conclusions, non seulement anatomiques et médicales, mais aussi spirituelles... comme par exemple le fait que les croyants n’ont pas besoin de passer par l’église pour s’approcher de Dieu dans la prière, mais qu’ils peuvent le faire d’eux même, où ils veulent et quand ils veulent.. simplement en utilisant ce que Michel Ange considère comme la plus grande création de Dieu : Le cerveau Humain !

C’est la conclusion à laquelle sont parvenus des neuroscientifiques, après une étude approfondie des peintures de la Sixtine.

Selon eux, Michel ange aurait dissimulé des preuves de son savoir anatomique dans ses fresques, et particulièrement sa connaissance du cerveau !

Une image valant mille mots :                                

cerveau sixtine michel Ange

Pour ces chercheurs, Michel Ange offre à la contemplation des siècles, une idée forte. Laquelle ?

On remarque que sur la fresque centrale, la création d’Adam, Michel Ange n’a pas peint Dieu donnant ‘la vie’ à Adam, puisqu’il a représenté Adam ‘éveillé’ tendant son doigt vers celui de son concepteur, mais plutôt, Dieu offrant  à l’homme quelque chose de particulier: La capacité de penser.

Il célèbre ainsi ce qui est pour lui la création de Dieu la plus magnifique : Le cerveau.

Dans ses poèmes, il  affirme souvent que le talent n’est pas ‘dans les mains’, mais ‘dans le cerveau’ !

Alors que penser de tout cela ?  Ce que l’on veut. 

En tout les cas, cela ajoute de l’intérêt à cette œuvre démesurée qu’a accompli un seul homme, grâce à une patience et une conviction inébranlable.

Il vécut à une époque magique où trois grands génies se sont côtoyés et ont même été réunis dans la même ville durant un temps : Leonard de Vinci, Raphael, et Michel Ange. (6)

Comment éviter que des choses incroyables se produisent…

« Le plus grand danger pour la plupart d’entre nous, n’est pas que notre but soit trop élevé et que nous le manquions, mais qu’il soit trop bas et que nous l’atteignons.  » - Michel-Ange

 

 

1 - Michel Ange, après avoir passé 4 années sur son échafaudage, la tète en arrière et à quelques centimètres du plafond, n’arrivait plus tout à fait à regarder vers le bas. Sa vision était complètement déformée.  Il dut reposer ses yeux pendant 2 ans.

2 - Michael Jackson demanda au pape l’autorisation de rester seul dans la chapelle durant 2 heures, afin d’apprécier l’œuvre de l’artiste. Ce qui lui fut accordé.

3 - Michel ange était appelé par ses contemporains ‘ le divin’ à cause de ses couleurs vives et célestes. Mais le temps passant, la pollution extérieure entrant dans la chapelle et la suie des bougies au fil des années se déposant sur les fresques, rendirent celle-ci si sombres et si noires que son surnom fut changé injustement en «  prince souverain de l’ombre ».

4 - On procéda à une restauration dans les années 1990. Mais un débat virulent eu lieu. Pourquoi ?

On a vu que Michel ange peignait ‘ à fresco’ , directement sur le plâtre frais. Mais lorsque tout était sec, il utilisé ‘ à secco’ des craies de charbon noir, afin d’accentuer les détails de ses dessins. Il pouvait ainsi mettre en évidence une expression, un sourire, un regard ect … cela a donné une puissance et un dynamisme encore plus remarquable.

Seulement, lors de la restauration, vu que les fresques avait noirci et voulant retrouver les couleurs, on fit malheureusement disparaitre toute les retouches ‘a secco’, au noir, de la main de l’artiste…

5 - La Chapelle Sixtine fut construite sur les dimensions du temple de Salomon : 43 X13 Mètres.

6 - Les trois artistes (Leonard, Raphaël, Michel Ange) n’étaient pas de grands amis. Les rivalités étaient fortes entre eux en pleine renaissance italienne.

Par exemple, Raphael recevait des railleries de Michel Ange auxquelles il savait répondre : Michel Ange l’appelait ‘le capitaine’, car Raphaël ne pouvait travailler seul et avait toujours une troupe de jeunes gens avec lui ;  Raphael lui, se moquait du sale caractère de Michel Ange qui lui valait d’être seul, en disant «  il travail seul comme le bourreau ».

Malgré cela, Raphaël se senti obligé,  après avoir vu le plafond de la chapelle Sixtine, de rendre hommage à son rival :

Il le représenta sous les traits du Philosophe Héraclite, à la dernière minute, sur sa grand œuvre ‘ l’école d’Athènes’.

7 - Michel Ange finit tout de même la première commande du pape Jules II, le fameux tombeau monumental.

Mais seulement 40 ans plus tard...  Au lieu des 4 étages et des 42 statues, il ne fit que 2 étages et une poignée de statues (dont le célèbre Moise cornus).

De plus le tombeau est resté comme ‘cénotaphe’, c'est-à-dire un monument élevé à la mémoire d’une personne, mais qui ne contient pas le corps …  Le pape guerrier fut enterré plus modestement ailleurs.

Deux des statues prévues pour ce tombeau monumental et sculptées de la main de Michel Ange peuvent être admirée au musée du Louvre à Paris (l’esclave mourant et l’esclave rebelle, que Michel Ange avait offert à son ami  Roberto Strozzi, qui lui-même les offrit, en exil, au roi de France François 1er.)

 

Plafond de la chapelle Sixtine -  Au coeur de l'histoire  La Chapelle Sixtine a 500 ans 

Visite virtuelle en 3D de la Chapelle Sixtine  -   POUR LA SCIENCE le cerveau caché de M.A.