1922. Dans son bureau, Albert Einstein décachette un courrier qu’il vient de recevoir pendant qu’une servante, dans la pièce, enlève la poussière sur les livres. Einstein voit que l’auteur est Russe. Peut-être encore des félicitations pour le prix Nobel que notre physicien a reçut l’année dernière… Il déplie le courrier et commence à lire. Soudain, il se redresse sur son siège ! La servante sursaute. Les sourcils d’Einstein se froncent. Ses yeux vont de droite à gauche avec frénésie, puis, dans une explosion de colère atomique, il froisse la lettre en boule entre ses deux mains, la jette par terre et l’écrase avec acharnement de plusieurs coups de talon! Puis il sort, un nuage noir au-dessus de la tête … La servante est restée la bouche pendante et les yeux écarquillés… qu’est ce qui a bien pu mettre le grand savant dans ce rare état de rage ?

Pour comprendre, remontons le temps jusqu’en 1915. Encore une grande année pour Albert, car il vient de démontrer sa théorie de ‘la relativité générale’ et elle a eu un effet fulgurant sur sa renommée et l’avancement de la science. Que dit cette théorie ? Entre autres choses et pour donner un seul exemple, que la gravitation n’est pas une force mais plutôt 'la manifestation de l’influence qu’a une masse sur l’espace temps'. Hop hop hop ! Ne partez pas ! On décortique ça brièvement, avec une comparaison :On vulgarisera ici l’espace comme une nappe tendue. Notre nappe est alors bien droite. Si on lance une bille de plomb sur elle, que fait cette dernière ? Eh bien, la bille roule en ligne droite. Imaginons maintenant que l’on pose au centre de la ‘nappe’, une grosse boule de Bowling. La nappe se déforme et donne une sorte de cône vers le bas à l’ endroit où pèse la boule.

EINSTEIN - RELATIVITE GENERALE DIODOREOn relance maintenant notre petite bille de plomb à proximité. Que ce passe t-il ? La bille ne va plus en ligne droite mais suit la déformation de la nappe, sa trajectoire est ‘courbée’. Elle peut même, si elle perd de la vitesse, tomber sur la boule.
Remplacez maintenant la boule de bowling par un astre massif, comme le soleil, dans un endroit de l’univers. Et bien, la 'bille' qui passe à coté, par exemple la Terre, sera déviée et se mettra à tourner sur un axe autour du soleil comme une bille dans une roulette de casino. Il y a donc ici la démonstration d’une déformation des trajectoires de certains corps célestes par d’autres plus massifs. L'espace n'est pas simplement du 'vide', mais une entité à part entière qui peut être déformée par ce qu'il contient.
Et ce n'est pas tout, ce qui reste le plus épatant, c’est qu’également la lumière  - et même le temps ! - sont déformés par l’influence des corps qui les côtoient ! Cette nouvelle vision des choses, qui supplante la théorie déjà existante de Isaac Newton, émerveille alors la communauté scientifique et va bouleverser une croyance qui persistait depuis longtemps… Laquelle ?
 

EINSTEIN CONSTANTE COSMOLOGIQUE

Au début de ce vingtième siècle, la quasi totalité des hommes de science croient que l’univers est statique et eternel. Autrement dit, qu’il a une taille fixe, et qu’il n’a pas eu de commencement. (On pense également que la voie lactée, notre galaxie, est la seule). Et bien, c’est précisément ce que croit Einstein ! Pourtant, un jour, il décide de tester sa théorie de la relativité à ‘tout’ l’univers ! En effet il veut comprendre pourquoi la gravitation, l’attraction des corps entre eux, ne fait pas s’écrouler l’univers sur lui-même. Il se lance alors dans un marathon de calcul comme il les aime. Il remplit des tableaux noirs, note, compte, évalue, numérote… jusqu'à ce qu’un jour de 1915, ses calculs lui donnent un résultat des plus... étonnants. Un résultat qui le contrarie fortement ! Sa théorie de la relativité, appliquée à l’univers tout entier, montre clairement que le cosmos … s’agrandit de jours en jours ! Mais ! Si l’univers s’agrandit, c’est qu’il a un jour été plus petit. Et s’il a été plus petit, il a peut-être même eu un... Commencement…
« IMPOSSIBLE !! Non, ce n’est pas possible !! » Crie-t-il ! « L’univers est statique, et il a toujours existé! »

Pourtant ses équations sont claires. L’univers s’expand. Que va faire notre savant ? Oh c’est simple, il va tout simplement empêcher l’univers de bouger…
Einstein décide d’introduire dans ses calculs une équation, qu’il appelle ‘la constante cosmologique’
(1). Cette formule tente à prouver que le ‘vide’ dans l’univers, provoque une pression qui empêche les corps de trop se rapprocher et de s’effondrer les uns sur les autres. Voilà pourquoi selon lui, les corps s’attirent, mais sont équilibrés par cette constance qui les maintient à bonne distance. Le tour est joué ! L’univers n’a plus besoin de s’étirer. Il est fixe et stable ! Le subterfuge fonctionne. Les calculs d’Einstein sont publiés.
Quelques révolutions terrestres plus tard, nous voici en 1922, en Russie.

Alexandre Friedmann - DIODORECe jours là, Alexander Friedman, Professeur de Physique et de mathématiques à l‘université de Petrograd (St-Petersburg), lit avec enthousiasme les publications d’Albert Einstein dans les revus spécialisées. C’est la toute fraîche théorie de la relativité qui le passionne, car pour lui, elle permettrait de démontrer que l’univers évolue et il avance l’idée d’une ‘expansion’. Seulement, relisant et refaisant les calculs d’Einstein, Friedman remarque que quelque chose ne va pas dans les rapports mathématiques du savant allemand. Une équation fait tache. Mais oui ! C’est la ‘constante cosmologique’ que Einstein a introduit sans vergogne dans ses calculs et qu’il a publié ! Friedman aura-t-il le courage de reprendre le savant récemment récompensé du prix Nobel et soutenu par la majorité des savants du moment ? Oui.

Il ajuste ses petites lunettes rondes sur son nez, et commence à écrire à son tour un article, expliquant et prouvant SA théorie de l’univers en expansion et même, d’une ‘singularité initiale’ …(le ‘Big Bang’ commence à voir le jour et Friedman propose, après calcul, un âge de l’univers !) Réfutant ouvertement la constante cosmologique, l’article parvint alors à Einstein qui, on l’a vu plus haut, n’a pas du tout apprécié d’être pris pour un faussaire d’équations …

Malgré la fureur d’Einstein, l’idée d’un Univers en Expansion et qui a eu un commencement est lâchée. Le ‘ver est dans la pomme’… de Newton. Malheureusement, Friedman ne verra pas l’étonnante confirmation de ses idées, car il meurt en 1925 de la fièvre typhoïde après un voyage en ballon stratosphérique (où il bat le record d’altitude, 7200m).

C’est alors un des ses élèves, George Gamow, qui poursuit les travaux du professeur russe. En 1948, Gamow présentera les bases de la théorie du Big Bang et ‘prédira’ également un ‘rayonnement de fond cosmologique’… une empreinte, toujours visible, qu’aurait laissé dans l’univers la première lumière émise par le Big Bang… mais ça, c’est une autre histoire …


En attendant, vers 1950, Einstein se retrouve en pleine discussion avec Gamow, l’ancien élève de Friedman, et il lui avouera alors en repensant à l’entêtement dont il avait fait preuve et à la 
formule raccommodé :

« Ce fut la pire boulette de ma carrière. »

 


1 Surprise de l’histoire, les cosmologistes ont découvert qu’une énergie mystérieuse – d’où son nom : ‘énergie noire’ – remplirait tout l’univers et serait dotée d'une pression négative qui la fait se comporter comme une force gravitationnelle répulsive. L’attraction des corps serait équilibrée par cette force répulsive. Ce qui permettrait alors d’expliquer pourquoi l’univers continue de s’expandre au lieu de s’effondrer, et cela a une vitesse grandissante. Quant dites-vous ? L’énergie noir ne vous rappelle-t-elle pas la constante cosmologique qu’Einstein a essayé de placer dans ses calculs ? La ‘pire boulette’ de sa carrière était peut-être bien sa meilleure intuition …



WKPD – Relativité générale / WKPD : ALEXANDER FRIEDMAN / Le mystère du satellite PLANCK. page 84-86 / WKPD - Energie Noir.