PORTE ISHTAR

.

-539. Dans la nuit du 5 au 6 Octobre, la majestueuse Babylone, la plus puissante ville du Moyen orient  jamais conquise depuis 1000 ans, tombe subitement aux mains des Perses et des Mèdes en quelques heures à peine!

Mais comment cela a-t-il pu se produire ? N’était-elle pas la 'Grande Ville'?!  'L'Imprenable' à double remparts et protégée par les eaux du fleuve Euphrate ?! Si. Mais c'était sans compter sur le fin stratège Cyrus le Grand ...

Cyrus II le grand, roi des Perses et des Mèdes, tient un siège autour de la grande ville depuis 2 ans déjà.

CYRUS LE GRANDLe roi de Babylone, Nabonide, a bien tenté une sortie armée pour les mettre en fuite, mais c’est lui, qui après une courte bataille, s’échappe vers une ville sœur de Babylone, Borsippa, et y demeura caché laissant le commandement de Babylone à son fils, Belshatsar.

Cyrus continue donc le siège autour de sa ligne de circonvallation. Il a fait construire également plusieurs tours grâce aux nombreux palmiers qui bordent la cité. Malgré tout cela, les Babyloniens se sentent toujours en sécurité derrière leurs imprenables murailles et le puissant fleuve qui les entoure. De plus, Belshatsar et son peuple ont des réserves de nourriture pour encore de longues années.  Les soldats Babyloniens n’hésitent pas même, depuis les remparts, à narguer les Perses en dansant, riant, chantant...  L’un d’eux leur crie :

« Perses ! Pourquoi perdre ainsi votre temps devant nos murailles ! Retirez-vous plutôt ; vous prendrez Babylone lorsque les mules engendreront ha ha ha »

Cyrus est debout sur son char. Sa barbe bouclée et son regard noir sont tournés vers la ville immense.  Il appelle à nouveaux ses ingénieurs. Il faut  trouver une solution et attaquer, sinon le siège sera trop long …

Les ingénieurs de Cyrus ayant bien étudié la région, savent qu’il faut tout miser sur le fleuve, l’Euphrate, qui traverse la ville …

-       Majesté ! Nous avons trouvé un endroit où il est possible de creuser pour détourner les eaux du fleuve. Nous le ferons ainsi baisser rapidement.

En effet, un lac artificiel d’une grande étendue, creusé par Nitocris, la mère du Belshatsar, est resté abandonné à l’état de marécage … Ce lac servait aux Babyloniens pour prévenir l’éventuelle crue du fleuve qui aurait pu inonder la ville. (3) Des fosses étaient prévues pour emmener l’eau au lac. Une digue et un barrage sont d’ailleurs toujours en place, mais abandonnés. C’est donc une des propres inventions des Babyloniens qui va les mener à leur perte…

-   Détournons les eaux dans ce lac en détruisant la digue ! Nous pourrons ainsi, au moment venu, traverser le fleuve pour prendre la ville !

-   ‘Au moment venu’…  répète Darius en levant les yeux vers les murailles, songeur.

-   Ce moment je le connais ! lance un conseiller. Les Babyloniens vont bientôt donner une grande fête pour leurs dieux, durant toute une nuit. Ils seront alors ivres et vulnérables. Se sera celui-là, le meilleur moment pour entrer dans la ville!

Cyrus, qui jusque là pensait vraiment  les murailles imprenables, reprend espoir.

Sur son char étincelant, un sourire aux lèvres, il fait demi-tour vers sa tente suivi de ses hommes qui portent l’étendard perse, un aigle fixé au bout d’une lance.

-        Que les travaux commencent ! Ordonne-t-il.

Les hommes de Cyrus creusent d’autres fossés qui permettront au fleuve de baisser plus vite...

Cyrus divise son armée en deux camps. L’un se placera à l’ endroit où le fleuve entre dans la ville, et l’autre à l’endroit où il en sort … dès que les eaux auront baissées, ils pourront traverser et attaquer les portes sur les remparts. C’est une troisième équipe qui se chargera de détruire le barrage à son signal.

A l’intérieur de la ville, les préparatifs pour la grande fête provoquent l’effervescence... Loin de trembler devant l’ennemi qui campe au dehors, les Babyloniens se voient déjà danser et festoyer !

Belshatsar a convoqué à son banquet mille dignitaires de Babylone pour cette nuit qui s’annonce… spectaculaire.

Nous voici le 5 Octobre 539. Les fossés creusés par Cyrus sont terminés.

Cyrus appelle ses hommes et leur dit :

« Amis, le fleuve nous a cédé le chemin de la ville. Entrons à l’intérieur avec assurance et sans crainte. Songeons que ceux contre qui nous allons marcher sont les mêmes que nous avons déjà vaincus, alors qu’ils avaient des alliés avec eux, qu’ils étaient tous éveillés et à jeun, qu’ils étaient armés de toutes pièces et rangés en bataille. Aujourd’hui nous allons les attaquer en un moment où beaucoup d’entre eux sont endormis, où beaucoup sont ivres. Quand en outre ils s’apercevront que nous sommes dans leurs murs, l’effroi les rendra beaucoup plus impuissants encore »

SOLDAT PERSEA la nuit tombée, sous les ordres du général Gobryas (2), les soldats Perses et Mèdes partent discrètement se poster aux endroits stratégiques des deux cotés de la ville. Les babyloniens eux, comme prévu, se donnent du bon temps autour du roi Belshatsar qui boit son vin, boit, et boit encore… 

Cyrus donne alors l’ordre de casser le barrage qui maintient le fleuve dans son lit. L’eau s’écoule dans les fossés et rejoint tranquillement le lac. Le niveau commence à baisser. Ca marche ! Le porteur de l'éventail à la droite de Belshatsar continue invariablement de ventiler le roi qui d’une main tient une grappe de raisin, et de l’autre lève sa coupe vers ses convives en riant. Les invités le saluent et se partagent toutes sortes de mets délicats et colorés. On verse de douces boissons dans les coupes, pendant que le fleuve lui, se déverse encore un peu plus dans  le lac. Cyrus regarde sur les murailles. Personne ne donne l’alerte. Tout passe inaperçu pour l’instant. La lune brille au dessus de la grande ziggourat de Babylone, spectatrice de cette scène dramatique. (5)

La nuit est maintenant bien avancée. Le lac et les fossés sont quasiment remplis, le fleuve va bientôt être guéable. Les soldats sont arrivés aux deux points sensibles.

Le signal est donné ! Les Perses accompagnés des soldats Mèdes entrent dans le fleuve qui leur arrive alors aux genoux. On aperçoit la trace laissée par l’eau sur les remparts. Ils traversent en direction des grandes portes de cuivre. Ils montent les escaliers sur les murailles qui mènent aux entrées de la ville. L’arme au point et les arcs tendus ils sont prêts à se jeter à l’assaut des portes. Mais lorsqu’ils arrivent devant … Stupéfaction !! Les portes sont ouvertes ! (1) Les gardes ivres et insouciants les auront sûrement oubliées … Incroyable !

CYRUS - BABYLONELes Perses et les Mèdes, le général Gobryas en tête, s’engouffrent alors dans la ville en courant et tuant tous ceux qui se mettent sur leur chemin. Les Babyloniens pris au dépourvus tombent sous le tranchant de l’épée. Vu du ciel, les Perses se dispersent dans la cité comme une invasion d’insectes   … Ayant de la poix et de l’étoupe en abondance, ils commencent à bruler les maisons qui, faites en bois de palmiers, brûlent rapidement.

Les premiers quartiers en périphérie de la ville sont pris, mais Babylone étant très vaste, les habitants du reste du royaume poursuivent leurs occupations sans se rendre compte que leur grande cité vient d’être attaquée !

Les soldats Perses se rendent au palais où l’ivresse va laisser place à la terreur. Mais le palais est fermé de l’intérieur ! Pourtant, intrigués par le bruit au dehors, des gardes vont ouvrir les portes pour voir ce qui se passe. A peine ont-ils poussé les deux battants que les Perses surgirent à l’intérieur !  On court, on crie, on tombe, on meurt.

Et Belshatsar ?  C’est avec horreur qu’il voit un Perse lui enfoncer une épée dans le ventre !

La fête est terminée. Babylone est tombée.

 



1- Un juif du nom d'Isaïe a écrit dans le livre biblique portant son nom, les événements de cette fameuse nuit. Il y décrivit non seulement les grandes lignes de la stratégie militaire, mais il donna également le nom du conquérant qui allait faire tomber Babylone :

« ... à Cyrus, que j'ai saisi par la main droite, pour terrasser devant lui des nations, pour détacher la ceinture des rois, pour ouvrir devant lui les deux battants, et que les portes des villes ne soient plus fermées ... »

(Isaïe 45 :1 Nouvelle bible segond) 

« Je dis à l'eau profonde : Dessèche-toi ; je tarirai tes fleuves. » (Isaïe 44 :27 Nouvelle bible segond)

(Isaïe écrivit de -778 a -732, Cyrus naquit vers -600)

2- Le général Gobryas (Goubarou) est généralement associé au Darius dont parle le livre biblique de Daniel, celui à qui Cyrus confia la direction de Babylone après la conquête.

3- La première fois qu’il est question d’un tunnel sous l’eau, c’est précisément à l’époque de la reine Nitocris, mère de Belshtasar. Elle avait fait construire sous l’Euphrate un passage vouté qui allait d’une rive à l’autre, reliant ainsi les deux palais  situés sur les bords opposés du fleuve. Elle avait, on l’a vu, détourné le fleuve grâce au fameux lac, permettant ainsi les travaux du ‘premier tunnel sous-marin’ de l’Histoire !

4- Le livre de Daniel (témoin oculaire) au chapitre 5, rapporte ce qui se passe dans le palais  du roi la nuit où Cyrus attaque la ville…

5- En devenant maître de Babylone, Cyrus libère le peuple juif (qui avait été fait prisonnier par le grand père de Belshatsar, Neboukadnetsar, 70 ans plus tôt), lui permettant de retourner à Jérusalem pour rebâtir son temple et ramener les objets sacrés qui avaient été volés.

Le ‘cylindre de Cyrus’ témoigne du respect de ce souverain :

CYLINDRE CYRUS



XENOPHON : Siège de Babylone. Cyrus entre dans la ville par le lit de l’Euphrate mis à sec.  /  Histoire ecclésiastique (siège de Babylone par Cyrus) - Par Mathieu-Richard-Auguste Henrion  /  HERODOTE.NET / WIKIPEDIA - La conquête de Babylone / ARMAND COLIN - NABONIDEBalthazar -Wikipedia  /  NITOCRIS : TRAVAUX